Regard sur l'autre monde

Herbert Vollmann

12,00 €
TTC
Frais de port


Disponibilité : En stock

OU
Description

Détails

Dans «Regard sur l'autre monde», Herbert Vollmann décrit et explique les interactions constantes entre le monde de matière dense où nous vivons actuellement et « l'au-delà », monde de matière subtile où nous continuerons à vivre après notre décès.

Nous apprenons ainsi comment chacune de nos décisions et de nos actions dans ce monde terrestre conditionne notre vie future dans l'autre monde.

Il aborde également des sujets tels que la numérologie, l'Apocalypse et nous donne aussi de précieuses indications sur l'avenir de notre monde en ces temps de grande confusion.

Par son approche nouvelle et parfois dérangeante des grands thèmes qui préoccupent notre société, l'auteur bouscule bien des idées reçues et répond de façon pertinente à ceux qui sont en quête de logique et de vérité.

Herbert Vollmann, auteur allemand (1903 – 1999) de formation commerciale dans 'industrie, consacra sa vie à la spiritualité.

Il écrivit de nombreux ouvrages qui sont traduits et diffusés dans plusieurs pays par la Stiftung Gralsbotschaft, fondation allemande reconnue d'utilité publique.

Informations complémentaires
Auteur Herbert Vollmann
ISBN 978-2-900811-74-0
Format 12 x 19 cm
Présentation Format de poche
Nombre de pages 131
Langue Français
Prévisualiser

Prévisualiser

Avant-propos

Il est bon de dépasser pour une fois notre horizon terrestre et de jeter un regard sur l’autre monde afin que nos vues s’élargissent.
De nouveaux rapports entre tout ce qui est se révèlent ainsi à nous; ils apportent des connaissances entièrement nouvelles qui nous permettent d’acquérir la certitude que l’en-deçà et l’au-delà sont indissolublement liés et ne font qu’un. Nous constatons alors que les lois de la Création sont elles aussi à l’œuvre de façon identique, tant ici-bas que dans l’au-delà.
L’attention est également attirée sur l’Apocalypse, puisque nous vivons actuellement l’une de ses phases les plus importantes.
Les explications données dans cet ouvrage sont fondées sur les connaissances révélées dans le Message du Graal «Dans la Lumière de la Vérité» de Abd-ru-shin.

Vomperberg, septembre 1995

Première partie


Sagesse et et vérités dans divers proverbes et locutions

De nombreux proverbes et locutions renferment une grande sagesse et de profondes vérités. Ils sont donc hors du temps et valables pour tous les temps parce que la Vérité est éternellement identique à elle-même.
Font aussi partie de ces proverbes et locutions les adages dictés par la sagesse populaire. Mais qu’est donc la «sagesse populaire» ? Il y eut de tout temps des hommes qui, grâce à leur intuition naturelle, étaient liés aux forces qui œuvrent dans la Création.
Leur esprit à l’écoute pressentait certaines réalités et certains processus de la Création, et les traduisit en mots simples qui devinrent par la suite des «proverbes» ou des «locutions».
Dans les pages qui suivent, la sagesse et les vérités contenues dans divers proverbes et locutions vont être étudiés de plus près à l’aide des connaissances apportées par le Message du Graal «Dans la Lumière de la Vérité» de Abd-ru-shin. Ces explications qui partent des proverbes ont pour but de mener à une compréhension plus profonde de la prodigieuse activité qui règne dans la merveilleuse Création de Dieu.

Œil pour œil, dent pour dent (Bible)

Ces paroles de l’Ancien Testament signifient: rendre la pareille. Avec cette autre sentence biblique: «À moi la vengeance, à moi la rétribution», elles sont véritablement l’expression de la Justice divine et il convient de les interpréter spirituellement. Elles n’expriment rien d’autre que la loi de la réciprocité des effets qui se retrouve dans les paroles du Christ: «L’homme doit récolter ce qu’il a semé». La moisson sera donc toujours identique au genre des semailles, et l’être humain récoltera obligatoirement souffrance pour souffrance ou joie pour joie. De même que des grains de blé ne peuvent donner que du blé, le mauvais vouloir ne peut apporter en retour que du mal, et le bon vouloir que du bien.
Quant à la «vengeance» – autrement dit la rétribution – l’être humain doit la laisser aux lois de Dieu. Il n’a pas le droit de l’exercer lui-même et de donner libre cours à sa soif de vengeance en crevant par exemple un œil à un malfaiteur qui lui aurait crevé le sien. Car il est dit explicitement: «À moi la vengeance, à moi la rétribution!» Et cette rétribution est équitable jusque dans les moindres détails; elle l’est comme jamais un être humain ne saurait l’être.
Les paroles de Paul aux Romains doivent elles aussi être interprétées dans le même sens: «Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère de Dieu...», c’est-à-dire l’effet de rétroaction.

La compassion

La compassion vient de la pure intuition spirituelle de l’être humain et de sa bonté. Elle aide pour l’amour d’aider et ne pense pas à des avantages personnels parce que son but est de genre spirituel.
Voilà pourquoi elle respecte également la loi de l’équilibre entre le donner et le recevoir. Donner par calcul ou par vanité s’oppose tout autant à cette loi que recevoir en considérant que cela va de soi, en exigeant et en réclamant, comme si cette aide était «un droit», ce qui est très souvent le cas lorsque la pitié, qui vient de l’intellect terrestre, entre en ligne de compte.
Il en va tout autrement de la compassion. Elle observe une juste rigueur qui ne considère que ce qui est véritablement utile à autrui. Cela implique que celui qu’on aide agisse terrestrement et spirituellement au lieu de se laisser aider par pitié, ce qui est bien plus agréable et plus commode mais ne fait qu’encourager la paresse spirituelle.
L’être humain a bien souvent l’occasion de partager et de ressentir la détresse et la souffrance de son prochain. Ce faisant, il parvient à cultiver la compassion et à l’exercer de façon désintéressée.
Conformément à la loi de cause à effet, la miséricorde divine lui offrira en retour une abondante moisson, puisqu’il est dit dans la Bible: «Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde». (Sermon sur la montagne)